Un derby pour un maintien

agen toulouse top14

Chaque début de saison, s’il y a bien un match que tout bon agenais qui se respecte coche, c’est la réception du Stade Toulousain. Affiche historique du rugby français, elle a bâti sa réputation sur la rivalité sportive entre les 2 clubs dans les années 70 et 80 notamment. Mais cette affiche est depuis 10 ans très déséquilibrée. Toulouse, premier grand club professionnel du rugby français, peut se reposer sur un budget colossal et un effectif de stars, tandis qu’Agen doit lutter avec le plus petit budget du Top et un effectif en conséquence.

Ce samedi, à quelques jours de Noël, c’est encore une fois un immense exploit que vont devoir réaliser les joueurs agenais, poussés par 12 000 supporters. Si les toulousains se déplacent sans Kolbe et Dupont (blessés), ni Kaino, Huget, Ramos et Guitoune (au repos après 2 gros matchs de Coupe d’Europe), leur équipe aura comme toujours fière allure tant leur profondeur de banc est impressionnante.

Côté agenais, de nombreux absents de marque : Paula Ngauamo (suspendu une dernière fois pour ce match), Jessy Jegerlehner, Vincent Farré et Sam Vaka. Avec un effectif moins pléthorique, le banc devra jouer à 200% de ses capacités avec notamment des jeunes comme Gauthier Maravant ou Loris Zarontanello, épatant depuis le début de saison.

Côté sportif, si Toulouse a plutôt bien géré les doublons Coupe du Monde en restant maîtres à domicile, ils ne se sont toujours pas imposés à l’extérieur. Ils ont notamment perdu à Brive, un concurrent du SUA. Agen devra tabler sur ce manque de confiance à l’extérieur et sur une agressivité de tous les instants pour asphyxier les rouges et noirs. Ne surtout pas les regarder jouer comme il y a 2 saisons car l’addition pourrait bien être lourde à l’arrivée.

Côté agenais, après déjà 2 défaites à domicile, plus le droit à l’erreur. Depuis quelques matchs, le SUA patine, notamment offensivement, souvent à cours de solutions. Il faudra se transcender et tenter des choses, pour espérer déséquilibrer et percer cette défense stadiste.

Se baser sur le match de la saison passée et pousser les curseurs un peu plus vers la perfection, ce sera le seul moyen d’espérer l’emporter (en espérant aussi un arbitrage un peu plus équitable que les 2 matchs de la saison passée qui avaient beaucoup fait parler).

A ce propos, c’est M. Charabas qui sera au sifflet. On se souvient tous du match contre Clermont la saison passée, match durant lequel il était arbitre de touche et avait chambré le public d’Armandie à plusieurs reprises en 2e mi-temps, avant de recevoir une pièce de 5 centimes sur la tête qui avait coûté cher au SUA financièrement et en terme d’image dans les médias. Pas forcément un cadeau pour lui donc d’avoir été désigné au sifflet sur un match aussi tendu. Espérons que le public d’Armandie lui aura pardonné ses écarts tout comme il aura pardonné à l’idiot qui lui avait jeté une pièce (amen).

Agen a un besoin vital de points et le public devra se concentrer pour pousser son équipe (tout en mettant la pression gentiment aux arbitres comme il est coutume de le faire dans les stades français). De nombreux toulousains seront là et ils ne vont pas se gêner pour se faire entendre, il faudra donc donner de la voix. Dans le même temps, Bayonne recevra Brive et le Stade Français recevra Pau. Un premier écart peut se creuser avec nos concurrents, la défaite est donc interdite. Je pense à ce propos que je serai ce week-end supporter briviste et palois.

Le SUA n’a plus gagné depuis 6 ans contre Toulouse, cette saison là, le club était descendu en ProD2. Aujourd’hui, Agen est tout à fait capable de terrasser son meilleur ennemi et dans la lancée de cet exploit d’aller chercher un 3e maintien consécutif. Staff et supporters y croient, aux joueurs de ne penser qu’à une chose en rentrant sur le terrain : gagner, gagner gagner ! Allez Agen !

Les compos

Agen

Toulouse

Crédit photo : Rugbyrama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *