Le SUA peut-il y croire ?

tom murday sua agen lou

Après une 4e défaite à domicile en 7 matchs, le SUA termine donc bon dernier de la phase aller du Top14, le Stade Français ayant bien débuté sa remontée au classement. A nouveau défaits de quelques points, les agenais n’arrivent pas à faire basculer les matchs en leur faveur, et s’arrêtent souvent de jouer en 2e mi-temps, certainement plombés par un banc moins qualitatif que les autres équipes, et par un trop plein d’énergie durant le 1er acte.

Il reste 13 matchs avant la fin du championnat, et même si rien n’est évidemment joué, Agen est très mal embarqué dans sa lutte pour le maintien. Petite analyse pour les optimistes et les pessimistes :

Les raisons d’y croire

Une conquête impeccable

On ne peut pas dire que les agenais manquent de munitions. Tout comme la saison passée, où les hommes de Rémi Vaquin possédaient le meilleur alignement (notamment le contre en touche) du Top14. Cette saison, Tom Murday et Romain Briatte font une moisson dans ce secteur. Côté mêlée, le pack suaviste, sans être ultra dominateur, garde ses ballons et tient le choc face aux meilleurs mêlées du championnat. Il faut désormais résoudre la problématique de l’utilisation du ballon offensivement…

Une équipe accrocheuse

Défaites de 5 points contre Toulouse, 1 point contre Lyon ou encore 3 points contre Castres. Malgré leurs lacunes, les joueurs ne lâchent pas les matchs, loin de là (à quelques exceptions près), et arrivent à poser des problèmes à quasi toutes les équipes. Et s’il manque peut être des facteurs X capables de faire basculer les matchs du bon côté, cela prouve que ce SUA là est capable de prendre des points partout. Aux joueurs de se lâcher et de débloquer leur mental de vainqueurs.

Surtout, les supporters attendent de retrouver le SUA du début de saison, qui a longtemps trusté le haut du classement des équipes marquant le plus d’essais. Depuis la fin de la Coupe du monde, les agenais n’arrivent plus à percer les défenses adverses, par manque d’initiative, maladresses ou attaques trop stéréotypées. Le match contre le LOU en est le parfait exemple, avec un essai de pénalité inscrit et un autre marqué sur un contre de coup de pied. Il va falloir faire bien mieux.

Des concurrents en difficulté

On peut penser, en voyant le calendrier démentiel du SUA sur la phase retour, que nous avons les 13 matchs les plus compliqués à jouer par rapport à nos concurrents. Réceptions de tous les gros (Bordeaux, Clermont, Racing…), déplacement chez nos concurrents (Brive, Bayonne, Stade Français). Les réceptions de Pau et Castres à Armandie apparaissent comme les 2 plus belle opportunités d’engranger des points. Mais rajoutées aux 3 petites victoires actuelles, cela fera bien peu pour espérer un maintien que l’on estime à 11-12 victoires cette saison. Il va donc falloir réaliser à nouveau des exploits à Armandie, et être capable d’aller chercher des points chez nos concurrents.

Et bien sûr comme les années précédentes, le SUA ne pourra pas compter que sur lui-même pour se maintenir. Si Bayonne marque aussi largement le pas depuis 2 mois, en voyant le calendrier de la Section Paloise, c’est une petite leur d’espoir qui est apparue. Les béarnais vont devoir faire face à un calendrier extrêmement compliqué. Leurs déplacements à Agen, Castres et Brive, et la réception du Stade Français seront décisifs. Qui aura le plus gros mental pour ne pas s’effondrer dans le sprint final ? Début de réponse dans 3 journées.

Les jurisprudences 2018 et 2019

Lors de ces 2 saisons, à chaque fois le SUA s’est retrouvé en grande difficulté durant la 1ère partie de saison. En 2017/2018, l’équipe, longtemps scotchée à la 13e place, avait su trouver les ressources sur la phase retour pour battre Clermont, Montpellier et surtout Castres et Oyonnax avec le bonus, laissant la dernière place à Brive et la place de barragiste à Oyonnax.

En 2018/2019, après une vague de départs annoncés pour la fin de saison, Agen avait perdu à domicile face à Pau avant de concéder le nul à Armandie face à Grenoble. Sur la phase retour, 2 victoires à Perpignan puis à Grenoble avaient assuré le maintien aux bleus et blancs.
Agen finit donc souvent bien ces saisons, espérons que ce soit encore le cas en 2020.

Les raisons de douter

Une mauvaise dynamique

C’est la 5e défaite consécutive du SUA en Top14 et la 2e à domicile (à chaque fois avec le bonus défensif). Notre équipe ne sait plus gagner et avec la défaite forcément arrivent doutes et craintes. Désormais bon dernier du championnat, avec un prochain match à Bayonne qui pourrait nous reléguer à 8 points du maintien, la pression est maximale sur les épaules des hommes de Christophe Laussucq. Est-ce que l’expérience des 2 saisons précédentes fera basculer la saison positivement sur un match clé, là aussi nous aurons très rapidement une réponse.

Côté concurrent, Brive et le Stade Français engrangent de précieux points chaque week-end. Castres et Pau ont une toute petite longueur d’avance mais on peut penser qu’avec leurs effectifs ils sauront aller chercher les victoires lors des matchs importants. Pour Bayonne, ce sont les mêmes doutes qu’à Agen, mais en nous battant dans 15 jours ils prendraient une très grosse bouffée d’oxygène.

Le doute a gagné l’esprit des supporters

Nous étions moins de 7 000 à Armandie pour pousser derrière les joueurs face au 2e du championnat. + de 5 000 de moins que contre Toulouse 15 jours auparavant. Les joueurs vont avoir besoin de leur 16e homme, mais ce dernier a l’air d’avoir déjà baissé les bras et de s’être résigné. Fort dommage quand on constate que le SUA perd souvent de quelques points et que l’apport du public peut aussi contribuer à transcender les joueurs pour aller chercher ce surplus qui amène des victoires.

De plus, les mots de Christophe Laussucq en conférence de presse inquiètent. Lui aussi semble douter et à court de solutions. Il va forcément avoir un rôle primordial dans cette fin de saison et tentant de garder son groupe sous pression et en sachant trouver les mots et/ou les bonnes stratégies pour booster son groupe.

Des individualités en difficulté

La très mauvaise nouvelle après la défaite face au LOU c’est évidemment la blessure au genou de Dave Ryan, qui devrait être éloigné des terrains durant 2 mois. Une vrai malédiction depuis le début de saison à ce poste de pilier droit où successivement Desmaison et Scalvi se sont blessés. En espérant l’arrivée potentielle de l’international fidjien Manasa Saulo, Walter Desmaison est le seul joueur d’expérience qui pourra jouer à droite pour les 3 échéances cruciales à venir. Derrière, les jeunes vont se disputer la place sur le banc : Burin, Tufele, Chabeaudie, Lombard-Buret…

En 3e ligne, les absences de Vincent Farré et Jessy Jegerlehner se sont vraiment fait sentir. Leur prochain retour, il faut l’espérer, amènera peut être un peu plus de consistance au banc agenais qui n’apporte pas depuis quelques matchs le surplus pour bien terminer les rencontres.

Sur les ailes, Julien Jané et Timilaï Rokoduru sont blessés tandis que Benito Masilevu déçoit de match en match, lui qui avait justement permis de débloquer les situations la saison passée contre Toulon et Perpignan en vrai match-winner. Ce SUA là a besoin de joueurs à 150% de leur potentiel, et pour une bonne partie ce n’est clairement pas le cas cette saison.

Crédit photo : Thierry Breton – Sud Ouest

2 Replies to “Le SUA peut-il y croire ?”

  1. Encore une fois une analyse assez complète…la blessure de Ryan risque de fragiliser une mêlée jusque là valeureuse et comme Saulo se fait sérieusement attendre ce secteur risque de fragiliser la conquête agenaise !
    Reste l’utilisation des ballons qui est devenue assez pathétique après un début de saison plutôt intéressant…excepté Decron nos centres n’apportent rien, seul Taulagi a “du ballon” quant à Masilevu qui est un des rares avec un vrai potentiel offensif Laussucq ne lui fait pas confiance pour s’exprimer !

  2. C’est une très belle analyse de ce qui attend le SUA c’est vrai le problème à régler c’est nos deuxième mi-temps qui sont catastrophiques. Nous savons que les joueurs ont le cœur de bien faire, tout peut se jouer à peu de choses une ou deux victoires à l’extérieur avec celle à la maison.
    C’est vrai côté supporters on fait toujours plus contre Toulouse car n’oublions pas il y a beaucoup de supporters Toulousain sur Agen, c’est pour cela que nous avons fait le plein.
    7000 ou 8000 spectateurs et un bon score pour Agen actuellement, cette année c’est plus compliqué pour Agen notamment du aux nombreux départ de fin de saison qu’il ne faut pas oublier.
    Maintenant en tant que supporters nous serons derrière cette équipe en espérant engrangés des victoires, à Agen les spectateurs devraient être un peu plus fiers de leur équipe qui est la marque de fabrique de notre département
    Au plaisir de pouvoir lire tes des analyses qui sont pertinentes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *