Une décennie d’émotions

Taylor Paris SUA Agen

La décennie 2010-2020 s’est clôturée pour le SUA. Une décennie qui avec du recul nous a offert son lot d’émotions dont je vous propose de se souvenir dans la vidéo ci-dessous qui retrace les grands moments de chaque année.

2010 : champion de ProD2

Certainement la saison la plus aboutie de la décennie pour Agen. Après 3 saisons en ProD2, le SUA de Jean Monribot, porté en triomphe par la foule lors du dernier Agen-Lyon, gagne le droit de revenir dans la cour des grands. 21 victoires, 2 matchs nuls et 7 défaites pour un total de 105 points, soit 11 points d’avance sur La Rochelle et Lyon. Rupeni Caucaunibica, lui, terminera meilleur marqueur d’essais du championnat avec 13 réalisations. Pour cette saison, je n’ai pas retenu un moment en particulier car tout a été maîtrisé du début à la fin.

2011 : un maintien sorti de nulle part

On pensait la saison des agenais lancée après une belle première victoire à Armandie contre le BO. Las, les bleus et blancs se retrouvent à la veille de la 11e journée avec une seule petite victoire et un match nul au compteur. Pourtant, Agen va enchaîner 2 victoires à Armandie, une contre La Rochelle puis une à la dernière minute face au Racing sur une pénalité de Valentin Courrent. Et pour terminer la phase aller une victoire avec le bonus à Brive. La phase retour est exceptionnelle pour le SUA (renforcé par les arrivées comme joker de Silvère Tian et Dewald Senekal) qui marche sur l’eau dans un stade plein à chaque match. Agen bat ainsi Bayonne, Bourgoin, Toulon, Clermont, Castres et Brive à domicile mais va surtout arracher son maintien en gagnant à Marcel Deflandre, s’offrant une superbe 10e place.

2012 : la confirmation

Agen attaque cette nouvelle saison tambour battant en gagnant à la dernière minute à Brive sur une transformation en coin de Valentin Courrent. Profitant des doublons Coupe du Monde, le SUA s’installe même durant quelques journées dans les 6 premières places du classement. Malheureusement, le jeu du SUA se montre de moins en moins ambitieux (pourtant porté par Machenaud, Dulin, Vaka et Tian) et il faut attendre la fin de saison et une victoire à domicile contre Toulon pour assurer un 2e maintien dans l’élite. La fin de saison est marquée par les départs de Brice Dulin à Castres et Maxime Machenaud au Racing, ce 1er laissant une vide immense sur les saisons suivantes. Mais surtout, le départ avec fracas du duo Lanta/Deylaud pour Bayonne remue le club en coulisse.

2013 : l’explosion

Le départ du mythique duo d’entraîneur fait des dégâts. Certains joueurs dont le capitaine Jean Monribot refusent d’adhérer au nouveau plan de jeu mis en place par David Darricarrère et Mathieu Blin, préférant se rassurer dans le jeu minimalise et de contre attaque mis en place les saisons précédentes. Et malgré quelques victoires d’éclat notamment contre le Stade Toulousain (la dernière en date), le SUA explose en plein vol en fin de saison avec en point d’orgue cette énorme fessée 48-17 contre son concurrent l’UBB à Chaban Delmas, et termine avec 6 petites victoires (dont 2 face au voisin montois).

2014 : le rendez-vous manqué

On se souvient de cette saison surtout par cette incroyable défaite en finale face au Stade Rochelais. Le SUA qui a terminé 2e ex-aequo de la saison régulière (derrière le LOU) avec son adversaire du jour part favori après les avoir battus 2 fois en phase régulière dont une probante victoire à Armandie au printemps. Mais porté par le peuple rochelais (15-20 000 à Bordeaux), les bagnards balaient les agenais sur une première période à sens unique (31-3 à la 46e). Agen tente bien une remontada en 2e mi-temps, mais se réveillera trop tard. Défaite logique 31-23 mais défaite amère sur l’ensemble de la saison qui aura offert un beau spectacle au public agenais (pour moi c’est l’édition la plus relevée de l’histoire de la ProD2, Agen et La Rochelle terminant avec le même nombre de points que le champion suivant, Pau).

2015 : le rachat

C’est une saison en dent de scie pour le SUA. Favori pour recevoir en 1/2 finale, Agen s’effondre à domicile contre l’USAP lors de la dernière journée. Résultat, les hommes d’Antoine Erbani devront se déplacer à… Aimé-Giral en 1/2 finale. On pense qu’Agen a laissé passer sa chance cette saison. Pire, le début de match est très compliqué. Mais un essai de 60m d’Aidan Toua relance le match avant la mi-temps, avant que Taylor Paris, d’un improbable essai de 110m, ne fasse basculer le match dans le bon sens (au lieu que l’USAP ne marque l’essai pour le 23-12, l’essai porta le score à 16-19 pour Agen). C’est certainement un des matchs les plus dramatiques de l’histoire du club. Burton Francis dans un jour sans rate toutes les pénalités qui se présentent à lui et le match termine en prolongations. Lors du 1er acte, l’USAP prend 6 points d’avance. Mais les avants agenais font le job lors du 2nd acte et offrent 2 pénalités sous les poteaux à Raphaël Lagarde. Fin du temps réglementaire, match nul, le SUA est qualifié au nombre d’essais marqués (4 contre 2). En finale, Agen remporte la bataille des tribunes et a de la réussite sur la dernière transformation montoise en coin. Retour en Top14.

2016 : une remontée non-prévue

Clairement, les dirigeants agenais n’avaient pas prévu dans leur tableau de marche de remontée cette saison là. Et malgré les mots de Marc Giraud après la finale remportée d’1 point face au Stade Montois (“on a fait le job sur le terrain, aux dirigeants de faire le leur en coulisse”), Agen va traverser cette saison en s’accrochant à tous les matchs et en produisant du jeu, mais en manquant de réussite et de joueurs capables de faire la différence sur les matchs clés (on se souvient tous de cette défaite au Mans face au Stade Français alors que les joueurs n’avaient plus qu’à taper en touche sur la dernière mêlée). Le SUA fait l’ascenseur (5 victoires) mais emporte avec lui une génération de jeunes joueurs qui fera parler d’elle un peu plus tard, une saison qui forcément leur aura servi de leçon : Béthune, Marchois, Miquel, Heriteau, Fouyssac…

2017 : la fête à Chaban-Delmas

C’est une saison globalement bien maîtrisée par le SUA malgré quelques petites frayeurs. 2 victoires nettes en 1/2 finale contre Biarritz et en finale contre Montauban permettent à Agen et sa jeunesse dorée de revenir de suite en Top14. Le SUA prouve encore une fois qu’il est trop fort pour la ProD2 et trop faible pour le Top14.

2018 : le premier maintien de Prosper

Tout Agen va découvrir la patte Mauricio Reggiardo. Ses choix en début de saison sont discutés, mais au final il permet de révéler des joueurs qui s’avéreront décisifs lors de la phase retour (Tanga et Laporte notamment), et il trouve les bons mots pour motiver le groupe à se surpasser. Agen bat Clermont, va chercher un bonus défensif à Brive avant d’exploser Oyonnax à Armandie. Mission accomplie.

2019 : un nouveau retournement de situation

L’ossature du groupe est conservée malgré quelques départs préjudiciables. Le début de saison est marqué par l’annonce de départs de beaucoup de joueurs ce qui déstabilise le groupe et fait craindre le pire aux supporters. Grenoble vient chercher un nul à Armandie et on pense le SUA bien mal parti dans son opération maintien. Mais une victoire à Castres, puis des victoires à Perpignan et Grenoble lors des matchs retours permet un nouvel exploit. Le SUA qui possède de loin le dernier budget du Top14 et la 19e masse salariale du Top14 survit grâce à son centre de formation, le meilleur de France, et quelques coups bien sentis sur le marché des transferts.

2020 : increvables agenais

Pillé comme à l’accoutumée par Toulouse, Clermont, Toulon et compagnie, le SUA réalise à nouveau un mercato discret et surtout à la hauteur de ses modestes moyens, avec notamment l’arrivée de Christophe Laussucq qui amène avec lui quelques joueurs de valeur (notamment Laurence Pearce et JJ Taulagi). Le début de saison est plutôt réussi, pendant la Coupe du Monde. Mais cette saison, la concurrence est féroce. Bayonne vient gagner à Armandie et plonge tout le club et le public en plein doute. Et alors qu’on pensait les carottes cuites, le SUA s’est donné le droit d’y croire il y a quelques semaines en allant rendre la monnaie de sa pièce à Bayonne sur ses terres. La route est encore longue vers le maintien, mais le SUA nous a habitués à des retournements de situation assez exceptionnels. Et on espère toutes et tous qu’évidemment, cette saison sera dans la lignée des précédentes. Encore un exploit messieurs svp, allez Agen.

Crédit photo : Icon Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *